Voyage a la Sierra-Nevada de Sainte-Marthe; paysages de la nature tropicale

PREFACECRITE EN 1861En 1855, un projet d'exploitation agricole et surtout l'amour des voyages m'amenaientdans la Nouvelle-Grenade. Aprs un sjour de deux ans, je revins sans avoir ralismes plans de colonisation et d'exploration gographique; cependant, malgr moninsuccs, je ne puis assez me fliciter d'avoir parcouru cette admirable contre, l'unedes moins connues de l'Amrique du Sud, ce continent si peu connu lui-mme.Aujourd'hui l'homme promne son niveau sur les plaines et les montagnes de lavieille Europe ; il se croit de taille lutter victorieusement contre la nature et veut latransformer son ima^e en rgularisant les forces imptueuses de la Terre ; mais il necomprend pas cette nature qu'il cherche dompter; il la vulgarise, il l'enlaidit, et l'onpeut voyager pendant des centaines de lieues sans voirH PRFACEautre chose que des parcelles de terrain dcoupes angle droit et martyrises par lefer. Aussi quelle joie de pouvoir admirer une terre jeune encore et puissammentfconde par les caress...