Essais de Michel de Montaigne. Texte original de 1580 avec les variantes des éditions de 1582 et 1587 publié par R. Dezeimeris & H. Barckhausen

Par: Anounyme

This book made available by the Internet Archive.ESSAISDE MICHELDE MONTAIGNELIVRE SECOND.CHAPITRE VNSIESME.DE LA CRVAVT.Il me semble que la vertu est chose autre et plus noble que les natureles * inclinationsa la bont qui naissent en nous. Les mes rgles d'elles mesmes et bien nes, ellessuiuent mesme train et reprsentent en leurs actions mesme visage que les vertueuses;mais la vertu sonne ie ne say quoy de plus grand et de plus actif que de se laisser,par vne heureuse complexion, doucement et paisiblement conduire a la suvte de laraison. Celuy qui, d'vne douceur et facilit naturelle, mespriseroit les offencesreceues, feroit sans doute * chose tresbelle et digne de louange; mais celuy qui,picqu et outr iusques au vif d'vne offence, s'armeroit des armes de la raison contrece furieux apptit de vengeance, et, aprs vn grand conflict, s'en rendroit en finmaistre, feroit sans doute beaucoup plus. Celui' ^'iilf^. supp. : natureles . - Vidf. Siipp. : sans doute .la t'eroit bien, et cetui ci ve...