Lettre au père

Par: Anounyme

Alphonse KarrLES FEMMES(1860) JANIN mon amiFRANOIS PONSARDI. O LAUTEUR TABLIT LAMODESTIE DE SES INTENTIONS.Je nai pas lintention de faire propos des femmes ni un livre, ni un trait, ni derien prouver. Tout homme de bonne foi qui se voudra rappeler les diverses opinionsquil a eues sur les femmes depuis son enfance jusqu sa vieillesse y trouvera untrange chaos et verra quil nest pas beaucoup plus avanc que le premier jour, etque, sil pouvait recoudre une autre existence au bout de celle qui lui a t donne dpenser, il aurait encore apprendre pendant tout le temps de cette seconde vie, etne saurait rien quand elle prendrait fin son tour. Dailleurs, que sait-on jamais ? Levieillard ne sait, pas plus comment doit se conduire le vieillard, que le jeune hommene connat ce quil y a de mieux faire pour le jeune homme :Il ne profite pas lhomme quil vieillisse ; chaque ge, il arrive ignorant et novice.Je dirai des femmes ce que je sais et ce que je me rappellerai, ce que jai vu et ceque jai lu...