Séances et travaux de l'Académie des sciences morales et politiques..

Par: Anounyme

MMOIRESUR LfeMARQUIS D'ARGENS,PAR M. DAMIRON.Je ne sais, si en commenant, Je ne deTratapai demander grflce pour ce nouTeaumimirB, dont le sQjet est un auteur, qui ne se recommande pas, il feut^en convenir,par de trs-brillants titres philosophiques* qui n*en a gure d*autres, et qui en auraitmme d'assez peu srieux, du moins le considrer sous certains rapports. Lemarquis d^Argens, en elTet, n^est pas un grand caractre, il n*est pas davantage unminent penseur, et dans plus d'une circonstance de sa vie, il se montre un personnageassez peu grave. Il a beaucoup crit et sur toutes choses, mais sans aucune raredistinction , et de la philosophie en particulier, laquelle il a beaucoup touch, il n*arien illustr de quelque lumire nouvelle. Il platt Voltaire de lui trouver avec l'espritde Bayle le style de Montaigne ; mas Voltaire, on le sent trop, flatte ici qui le sert, etpaie d*un mot d*loge, plus poli qu'exact, un alli, auquel, por mieux se rattacher, iltient avant tout tre agrable. D'Argens...