Les heureux Orphelins, histoire imitée de l'Anglois

Par: Anounyme

mmgiiA MA D A M L4P4^J,:ff^FOTJS ne vm attendiez ' "^ pas , ^4w dout, lorfque vom . ' y w<? pernnks devous faire Twa |> ^ '^ f|^>cour, la noirceur que je vousfais aujourcthui. Vous ne crai^gniez, vous ri imaginiez mmepas quil fiU poJJ^le que je devinjfe Auteur i * rien ne rnannoHfoit a moi - mme, quunjour, je me donnerais un fi grandridicule. Il rien efi, pourtant >pas moins vrai que j'ai fit unLivre, (r mme que je vousk ddie. Oui, M AD AME ,je vous le ddie, il ne fim pasvous fiatter, Tofe, de plus ,vous affurer que, quelque grandque Jit le rang que vous tenezdans le monde, quelque fimeux,quelquiHtifk.^s^ fiit k nomque^ous portez , nom depuis filor^-tms fi cher. <iuxfranoiSf,^ [l rvr par eux , ce n'ejl pas aux avamages ^ vous de^ vez la Fortune y que jerends un hommage i ip ne/l jantais M lgimemmt ftiau mrite. Elle ne rend pastoufours digne d'loge y ^^'elle rertdcbjet e feJpeL Ce n'e(l tr^me , pas cesdemde Pejprit qui vous dij^ tinguemfi aumt/fgeufimem > tteTuine^ lajmejf, auxgrd'...