Clitandre

Par: Anounyme

Pierre CorneilleCLITANDRETragdie(1632)Adresse Monseigneur le duc de LonguevilleMONSEIGNEUR,Je prends avantage de ma tmrit ; et quelque dfiance que jaie de Clitandre, jene puis croire quon sen promette rien de mauvais, aprs avoir vu la hardiesse quejai de vous loffrir. Il est impossible quon simagine qu des personnes de votrerang, et des esprits de lexcellence du vtre, on prsente rien qui ne soit de mise,puisquil est tout vrai que vous avez un tel dgot des mauvaises choses, et les savezsi nettement dmler davec les bonnes, quon fait paratre plus de manque dejugement vous les prsenter qu les concevoir. Cette vrit est si gnralementreconnue, quil faudrait ntre pas du monde pour ignorer que votre condition vousrelve encore moins par-dessus le reste des hommes que votre esprit, et que les bellesparties qui ont accompagn la splendeur de votre naissance nont reu delle que cequi leur tait d : cest ce qui fait dire aux plus honntes gens de notre sicle quilsemble que le ciel ne vous a fait natre...