Le cartesianisme, ou, La veritable renovation des sciences: o uvrage ...

Par: Anounyme

^(3ou6senot - 6elair,Anciei NoUin Moilagiiac-LacrfMpsrTAi-i, 10 s4-|iloml)re ncccKi.iii.C'abbc Caoaurc,GurdeSarlat,Paris, 10 septembre mdcccyliii.3ftor>^S'em0uiiw*DISCOURSSUR LAREFORHATION DE LA PHILOSOPHIEAU DIX-NEUVIME SICLE,ETINTRODUCTION GNRALE.Les doctrines et les thories n'ont pas manque notre sicle ; chaque jour en voitclore, coniuio chaque jour en emporte. On prodigue les mots de rforme et deprogrs; les systmes s'improvisenl, et l'ambition de Tapostolal est devenu vulgaire.Que de projets el de promesses pompeuses! que d'illusions bientt dtruites! qued'amres dceptions! Mais aussi, quand on remonte aux causes de cette sirleabondance, quelle hte de produire avant d'avoir conu! quelle vaniteuseimpatience d'taler des opinions d'un jour! Les ides ont si peu de consistance,qu'elles passent en un moment, oublies mme de leurs auteurs.L'entreprise que nous annonons aux esprits srieux se recommande du moins leurattention par la maturit. Un homme, ds l'ge o la penses'veille,tourmentdube...